Nouveau contrôle technique : gare aux rumeurs

18e0dd9865_105292_vignette-controle-technique

 

Le 20 mai 2018, le nouveau contrôle technique entrera en vigueur. Les annonces ont été relayées sur les réseaux sociaux, les sites web et les magazines spécialisés. Et comme pour toutes les annonces, des rumeurs sont également effectuées face à cette réglementation. Pourtant, les informations de départ étaient claires. Voyons ensemble de quoi il s’agit et pourquoi vous devez prendre en compte tous les paramètres quand vous effectuerez votre contrôle technique à Nantes ou dans bien d’autres villes françaises.

Une date et un coût qui font parler d’eux

Les premières rumeurs fausses à circuler sur le web concernent la date et le coût de ce nouveau contrôle technique. Nous voyons sur de nombreux sites que ce dispositif entrera en vigueur au 1er janvier 2018. Cette date est totalement fausse, c’est bien à partir du 20 mai 2018 que les centres mettront en place le nouveau contrôle. Vous avez donc encore six mois pour pouvoir vous préparer à cette nouvelle version. Une période durant laquelle vous constaterez qu’il est important de faire réparer votre véhicule, sous peine de payer plus cher.

En parlant de prix, certains indiquent que le tarif atteindra plus de 100 €, contre 69 € en moyenne en 2017. Cette donnée n’est pas vérifiée et donc n’est pas justifiée. Une hausse est bien évidemment possible, mais si tel est le cas, elle ne devrait pas dépasser les 10%, soit une moyenne de 75 €. Soyez donc rassuré sur ce point.

Une réparation en 24h : info ou intox ?

Vous avez sûrement dû lire cette information qui disait qu’en cas de défaillance critique, vous avez jusqu’à 24h pour réparer votre véhicule. Pourtant, ce n’est pas ce qu’annonce la nouvelle version du contrôle technique. Ce qui sera mis en place, c’est l’impression d’une vignette valide jusqu’à minuit le jour du contrôle. En clair, si une ou plusieurs défaillances techniques sont constatées, vous n’aurez plus l’autorisation de rouler avec la voiture dès le lendemain. Vous aurez toujours deux mois pour corriger et faire réparer les défaillances. Soyons cependant honnêtes, nous avons tous besoin de notre véhicule. Ce dispositif implique donc que les propriétaires se rendent le plus rapidement possible dans un garage pour effectuer les réparations.

Désormais trois types de défaillances sont mis en place. Si vous souhaitez éviter au maximum l’immobilisation du véhicule, tournez-vous vers votre garagiste. Il saura détecter les défaillances en amont et les corriger.

Quoi qu’il en soit, n’écoutez pas toutes les rumeurs qui circulent sur Internet et demandez conseil à votre garagiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *