Le pouvoir de la communauté en ligne

e5886557dbceac8fe15a65cc3978cc39.jpg

On entend parfois dire, depuis plusieurs années et un peu partout dans les médias traditionnels, que le web est mort, enterré, passé, révolu. On sous-entend ainsi que l'internet des origines, celui où l'on était peu nombreux, où les grandes marques de la consommation de masse n'avaient pas encore mis les pieds, et donc la publicité non plus, n'est plus. Or c'est bien une vérité, que ce web des origines, qui semblait être sans limites tellement il est était plein de promesses d'avenir, tel un champs en friche, vierge, qu'il fallait inventer du tout au tout, n'existe plus tel quel. Mais c'est précisément parce qu'il a grandi, évolué dans diverses directions, qu'il n'est plus ce qu'il était. N'était-ce pas ce que l'on voulait ?

Les communautés thématiques

Que l'on se rassure donc, le web n'est pas mort, il est juste différent, parce que tous les projets que l'on souhaitait mettre en œuvre au départ l'ont été bel et bien. Différentes communautés ont ainsi pu se retrouver sur internet, et ce d'un bout à l'autre de l'Hexagone, de l'Europe voire du monde entier. Les passionnés de photos comme Camshoot, les aficionados de jeux sur consoles ou de mécanique, de décoration ou encore de céramiques anciennes, tout le monde a justement sa place dans ce réseau qui ne cesse de grandir, à l'instar d'une galaxie. C'est précisément là que réside la force vivante du web : pouvoir se connecter les uns avec les autres, échanger des idées, des bons plans de ventes et d'achats, des tutoriels, des conseils…

Les développements de l'internet

Le web est désormais une évidence et ce pour déjà deux générations : celle des parents qui l'ont vu naître et qui ont été les premiers acteurs de son développement, et leurs enfants, qui en sont les utilisateurs natifs, et qui par la force des choses le voient d'un autre œil, et donc en ont des utilisations distinctes. Ainsi si les premiers ont mis quelques années avant de faire leurs emplettes en ligne, les seconds le font bien plus naturellement, sans appréhension. Pour eux en effet le web est un canal parmi d'autres, et non pas une émanation de la science fiction dont il faut se méfier. Ce sont donc les plus jeunes qui ont aujourd'hui à charge de le réinventer et de le faire évoluer encore et encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *